Le Trouble du Déficit de l’Attention avec/sans Hyperactivité (TDAH)


TDAH hypnose

Définition, traitements et risques associés


Il s’agit d’un déficit attentionnel parfois accompagné d’une hyperactivité et d’impulsivité. Ce trouble est particulièrement mal diagnostiqué en France car très peu de psychiatres ou pédopsychiatres sont spécialistes de la question. D’ailleurs, il n’est pas reconnu chez l’adulte, c’est-à-dire qu’on peut le diagnostiquer chez l’enfant avec un protocole de suivi adapté mais chez l’adulte le traitement n’a pas d’AMM (autorisation de mise sur le marché).

On estime que le TDAH concernerait entre 2 et 5% de la population mondiale, mais cela reste très difficile à évaluer étant donné les lacunes de nombreux pays pour identifier ce trouble qui est aujourd’hui assez complexe à traiter. En effet, les médicaments peuvent parfois faire polémique et un suivi régulier avec un médecin spécialiste est nécessaire. A ce jour, la molécule qui semble la plus appropriée est le méthylphénidate (dont la structure chimique est apparentée aux amphétamines) : plus connue sous les noms commerciaux de Ritaline® ou Concerta®. Techniquement, ce traitement inhibe la recapture de la dopamine et la noradrénaline. Ces deux neurotransmetteurs jouent un rôle important pour permettre à un individu de se concentrer et d’être alerte sur des tâches essentielles de son quotidien.

Il existe, dans d’autres pays, d’autres médicaments prescrits en cas de TDAH comme :

-Adderall® : ce médicament est, en particulier, prescrit aux US. Il s’agit d’un mélange de sels d’amphétamines.

-Atomoxétine : cette molécule n’est pas commercialisée en France. Ce n’est pas un psychostimulant (donc pas un dérivé d’amphétamine) et ce médicament agit sur un autre neurotransmetteur : la norépinéphrine.


Le traitement doit impérativement être couplé avec une psychothérapie et, en règle générale, il doit être combiné à une prise en charge pluridisciplinaire comme éventuellement l’orthophoniste (surtout pour les enfants) ou encore la sophrologie pour la gestion du stress et des émotions.


Il faut être sensibilisé à l’idée qu’un « mésusage » est possible c’est-à-dire que le médicament serait détourné de son but thérapeutique afin d’être utilisé comme stimulant à des fins de performances intellectuelles (par exemple, des examens) ou dans un but récréatif ou encore revendu à une tierce personne.


Par ailleurs, le médecin devra être attentif au niveau cardiaque (un ECG à effectuer avant l’administration du traitement) et cérébral (un EEG pour s’assurer que la personne n’a pas de risque épileptique).


On notera qu’en France le méthylphénidate est prescrit uniquement sur des ordonnances sécurisées rédigées à la main car le médicament est classé comme stupéfiant (à titre d’exemple, au même titre que la méthadone pour le sevrage de l’héroïne).


Des recherches et études récentes ont permis de déterminer que le risque de conduites addictives au cours de la vie d’une personne TDAH est nettement supérieur à celui du reste de la population (3 fois plus important). Il a été observé, de façon plus générale, une prédominance des comportements à risque (pour les sensations fortes, le danger…etc.) et également un plus fort taux d’échec scolaire.


Le diagnostic est le plus souvent confirmé avec un questionnaire d’autoévaluation et un questionnaire pour la famille, en particulier les parents.


En complément du traitement (ou à la place de celui-ci), il existe des moyens d’atténuer les symptômes du TDAH :

-La méditation

-Certains compléments alimentaires, en particulier la « L-théanine » qui permettraient une diminution du stress et de l’agitation pour les enfants ainsi qu’une amélioration des capacités cognitives et des facultés d’apprentissage.


Exemples de solutions proposées par un thérapeute


-Une formation à l’autohypnose : le thérapeute peut enseigner les principes de l’autohypnose à son patient afin qu’il puisse être autonome au quotidien pour se concentrer sur les tâches qu’il doit effectuer, canaliser ses pensées et, pour un hyperactif, son énergie. Avec moi, cette formation dure environ 1H30 avec un enseignement théorique basé sur un support de cours polycopié rédigé par mes soins. Si la personne a déjà expérimenté l’hypnose (en cabinet avec un thérapeute), cela favorisera cet apprentissage car elle aura, plus ou moins, connaissance des sensations hypnotiques.


-Métaphores (par exemple : la métaphore du sablier) : les métaphores en hypnose permettent à la personne de porter ses pensées sur quelque chose de très concret, ainsi elle pourra, par exemple, optimiser son calme et sa concentration.


Ces dernières années, la science a fait de nombreux progrès dans la compréhension des mécanismes du TDAH. On sait qu’il faut le diagnostiquer le plus tôt possible mais dans tous les cas, un thérapeute qui connaît bien son sujet pourra vous accompagner afin de ne plus vivre cela comme un handicap.


Le cabinet reste ouvert pendant toute la crise sanitaire aux horaires classiques.


Gauthier Fara

Maître-Praticien en hypnose ericksonienne

Praticien en psychanalyse

Certifié en « conduites addictives »