Les écrans : une vraie addiction !


addiction écran hypnose

Comment se manifeste et se détermine une addiction aux écrans ?


L’addiction aux écrans, ordinateurs, tablettes et téléphones portables, est une réelle addiction au même titre que les drogues ou l’alcool. La différence réside dans le fait que l’on n’a pas l’impression de faire « quelque chose de mal » lorsqu’on passe des heures par jour devant un écran. Dans l’imaginaire collectif, on est bien loin de l’image d’un héroïnomane qui prépare son injection de drogue. Pourtant, d’un point de vue scientifique, les études ont démontré que ce qu’il se passe dans le cerveau pour les jeux vidéo est relativement similaire, avec, entre-autres, la libération de dopamine, une des hormones du plaisir. C’est cette même molécule que l’on retrouve lors d’un rapport sexuel ou encore lors de la consommation de drogues. Par ailleurs, la « consommation » excessive de jeux vidéo ou d’écran au sens plus large, concerne aussi bien les enfants, les adolescents et les adultes. Le professeur psychiatre et addictologue, Dr Laurent Karila, a défini l’addiction par l’acronyme des 5 C :

-Un usage compulsif

-Un usage continu ou chronique

-La perte de contrôle

-Le craving (c’est-à-dire l’envie irrépressible de consommer : on parlera ici d’une consommation numérique)

-Les conséquences sur la santé, mentale, physique et sociale (et également parfois des conséquences financières)


Les jeux-vidéos et les applications mobiles utilisent des stimuli à la fois visuels et sonores qui participent à la mise en place de l’addiction (cela a été démontré avec des personnes volontaires en IRM cérébral). Ces stimuli jouent sur le circuit de la récompense dans le cerveau comme, par exemple, une petite musique ou son lorsque l’on gagne une partie à un jeu ou encore lorsque l’on voit un « like » sur un réseau social.


Exemples de solutions en hypnose thérapeutique


-Désactivation d’ancre : l’idée de cette méthode est d’ancrer le comportement problématique, par exemple, faire visualiser la personne sur son écran de prédilection sous hypnose et d’y associer un certain déplaisir, comme le sentiment de passer à côté de plein de bonnes choses (interactions sociales…etc.). Ensuite, le thérapeute va faire imaginer à son patient une autre situation, celle-ci étant bien plus bénéfique et meilleure pour lui. Ainsi, en insistant sur les cinq sens, il va rendre cette expérience fantastique afin que cette seconde scène soit ancrée de façon plus puissante que la première dans l’esprit de la personne.


- « Brouillage VAKOG » : « VAKOG » est l’acronyme de visuel, auditif, kinesthésique, olfactif et gustatif. Le principe de cette technique est de rendre désagréable le comportement problématique et agréable un nouveau comportement de substitution. Ce dernier devra être discuté au préalable avec le patient afin de suggérer, sous hypnose, la solution la plus adéquate. Nous avons parlé des stimuli visuels et auditifs provenant des outils numériques que nous utilisons, la notion de « brouillage » de cette méthode pourrait consister, par exemple, à les rendre désagréables en les associant à quelque chose de déplaisant.


En cette période de crise sanitaire, la quasi-totalité des addictions a pris de l’ampleur, notamment l’alcool, mais les écrans n’échappent malheureusement pas à la règle. Que cela concerne le smartphone, les jeux-vidéos ou encore l’ordinateur, l’hypnose est un bon outil pour décrocher plus ou moins, en fonction des attentes de la personne. Cependant, aujourd’hui la majorité des smartphones donne les statistiques du temps d’écran quotidien, ainsi, il est possible de se fixer des objectifs (même précis en fonction du type d’applications utilisé).

Il serait dans notre intérêt de commencer à maîtriser dès maintenant nos addictions numériques pour anticiper le moment où de vrais rapports sociaux seront de nouveau possible dans notre vie. Et si l’on reprend le dernier point de l’acronyme des 5 C, nos vrais amis, eux, n’ont pas d’impact négatif sur notre « santé, mentale, physique et sociale ».

Je conclurai sur cette phrase de Laurent Karila, l’addiction c’est « La perte de la liberté de s’abstenir de faire autre chose ».


Le cabinet reste ouvert pendant tout le confinement aux horaires classiques, des attestations dérogatoires sont possibles.


Sources : https://www.santemagazine.fr/actualites/psycho-pourquoi-gagner-a-un-jeu-video-nous-rend-si-heureux-192457 (article sur les jeux vidéo et la dopamine)

https://www.youtube.com/watch?v=VA7n9qzxitY (vidéo de Laurent Karila sur la définition de l’addiction)

Gauthier Fara

Maître-Praticien en hypnose ericksonienne

Praticien en psychanalyse