Assumer son homosexualité, coming-out et hypnose


homosexualité

La perception de l’homosexualité en France en 2020


Assumer son homosexualité ne reste aujourd’hui pas facile même si la société a évolué. En France, même si les insultes et les agressions envers les homosexuels sont encore trop fréquentes et provoquent souvent des traumatismes, cela reste modéré si l’on compare à d’autres pays (même développés).


Le sujet de l’homosexualité reste tabou dans beaucoup de familles et de groupes d’amis. Parfois pour des raisons liées à une éducation religieuse, parfois seulement parce que cela met mal à l’aise.


D’où l’importance de continuer à faire évoluer les préjugés et surtout de faire comprendre que l’on ne décide pas de sa sexualité.


Si l’on en croit les témoignages, il semble qu’il soit tout de même plus facile en général de « vivre avec » (et même d’être heureux sans souffrir des regards que peuvent porter certaines personnes) une fois le coming-out fait, plutôt que de rester dans le mensonge pendant encore des années.

Mais cela peut parfois être difficile de franchir le pas.


La bisexualité peut parfois être encore plus difficile à faire accepter par les proches. En effet, ceux-ci ne comprennent souvent pas pourquoi la personne n’a pas de préférence et ont tendance à penser qu’elle est en vérité soit homosexuelle soit hétérosexuelle.


Les solutions en hypnose thérapeutique


-Transfert d’état de ressources : il s’agit ici d’aller chercher un état de ressource passé où le patient a été particulièrement confiant en lui, où il ne doutait pas de ses capacités. Cela peut être un évènement anecdotique (on n’est pas obligé de retrouver une période entière où le patient se sentait bien dans sa peau). Il peut être nécessaire de faire cette séance à plusieurs reprises afin de mettre en place une addition d’ancre (c’est-à-dire ancrer sur un même point plusieurs états de ressource afin de le rendre plus puissant) sinon cela risque de ne pas être suffisant pour franchir le cap du coming-out sereinement. Une fois cet état retrouvé, on va le transférer sur le présent et le futur afin que le patient puisse en bénéficier de nouveau.


-Recadrage hypnotique : cette méthode consiste à laisser au patient sous hypnose la possibilité de choisir entre plusieurs possibilités, plusieurs conseils peut-être que l’on a pu lui donner. Le thérapeute va l’accompagner dans cette démarche, par exemple, en lui suggérant de visualiser trois portes devant lui, chacune d’entre elles ouvrant sur une solution à mettre en place. Le patient va choisir d’en ouvrir une parmi celles proposées. De même, cette technique peut faire l’objet de plusieurs séances si la personne souhaite essayer une autre solution (ou si entre temps elle en a imaginé d’autres).


Aujourd’hui, on peut dire que rares sont ceux qui regrettent d’avoir fait leur coming-out même dans les cas où cela a été mal reçu. Dans de nombreux cas, cela évite de devoir poursuivre la pesante discussion dominicale liée au fait qu’il n’a toujours pas présenté une petite-amie à la famille (ou inversement dans le cas d’une femme). Il n’y a pas d’âge pour en parler à ses proches et il n’y a pas non plus de « bon » moment : il faut le faire soit quand cela devient trop pesant, soit tout simplement quand on en ressent le besoin. L’hypnose peut réellement être un soutien dans ce moment clef de la vie, cette thérapie brève permet de rapidement trouver les ressources nécessaires pour franchir ce cap. Ainsi on peut aussi relativiser « l’évènement » en ne le dramatisant pas excessivement car très souvent les coming-outs se passent beaucoup mieux que prévu (le patient imaginant, en général, le pire). Il ne faut pas oublier que dans de nombreux cas les proches se sont déjà préparés à cette annonce !


Mon cabinet reste ouvert durant tout le confinement, les soins ne pouvant être assurés à distance.

Gauthier Fara

Maître-Praticien en hypnose ericksonienne