Les addictions aux smartphones et outils numériques : décryptage


hypnose addiction réseaux sociaux smartphone

Comprendre les différentes facettes de cette addiction


Nous traiterons principalement ici de l’addiction aux smartphones qui comprend les applications, les messages, internet et les réseaux sociaux.

Avec ces outils, nous sommes confrontés à des mécanismes de récompense similaire à la consommation de drogues (prouvé en imagerie cérébrale) via de nombreux stimuli comme les « likes », la sonnerie de réception d’un SMS ou encore une notification (par exemple : un nouvel abonné Instagram).

Le fait de développer une addiction à une substance comme l’alcool ou la drogue est corrélé avec l’âge d’une primo-exposition au produit (même si ce n’est pas du tout le seul facteur qui peut entraîner l’addiction). De la même façon, un enfant qui aura, dès le plus jeune âge, accès à un smartphone est exposé à un risque de dépendance assez rapidement. De fait, aujourd’hui ils ont accès aux outils numériques de plus en plus jeune. Sans vouloir les blâmer, il est beaucoup plus simple pour les parents de capter et canaliser l’attention des enfants avec du contenu numérique (par exemple, pour les très jeunes voire les nourrissons, lors d’un voyage un peu long).

Selon le Pr Laurent Karila, psychiatre-addictologue, l’addiction est caractérisée par « les 5C » :

-Contrôle (perte du) : lorsque l’on est sans arrêt en train de consulter son téléphone ou internet, sans même en prendre conscience réellement ou l’avoir décidé c’est-à-dire comme un réflexe.

-Consommation (envie irrépressible) : cela peut se manifester par le fait de se sentir mal ou très anxieux si l’objet (téléphone…etc.) n’est pas disponible immédiatement (plus de batterie, volé, perdu…etc.).

-Compulsion : le fait de répéter cela de façon automatique et obsessionnelle.

-Continu malgré les Conséquences : on sait qu’on ne profite pas bien de l’instant présent avec une personne (lors d’un dîner au restaurant, par exemple) ou bien, si on est seul, que l’on perd son temps alors qu’on aurait mieux à faire.

Contrairement aux drogues, à la cigarette ou à l’alcool, il est quasi-impossible de mettre en place une stratégie thérapeutique visant à ne plus du tout utiliser les smartphones et internet. D’où l’importance de venir consulter le plus tôt possible, dès les premiers signes d’une « perte de contrôle ».


Quelques solutions proposées en thérapie


En coaching :


Une partie du travail va se baser sur des conseils et des objectifs concrets à atteindre, par exemple :

-Désactiver les notifications sonores des applications

-Supprimer certaines applications

-Installer un logiciel ou une application qui « chronomètre » le temps passé sur l’outil et définir un seuil.

-Se fixer un jour de la semaine ou un créneau horaire chaque jour où le téléphone restera en mode avion et le patient devra être attentif sur sa façon de vivre ces moments (l’hypnothérapie aide grandement à gérer cela).


En hypnose thérapeutique :


-Désactivation d’ancre : cette méthode consiste à, dans un premier temps, désactiver l’ancrage négatif, par exemple, le réflexe de sortir le tel de sa poche. Ensuite, le thérapeute va ancrer un comportement positif (par exemple : imaginer concrètement ce qu’on l’on pourrait réaliser en économisant ce temps ou ressentir tous les bienfaits de prendre du temps pour soi sans que quiconque vienne interférer) qui va être plus puissant que le comportement néfaste.

-Recadrage hypnotique : il s’agit de propositions de quelques solutions jugées pertinentes par le thérapeute, mais finalement c’est le patient qui, sous hypnose, retiendra celle qui sera la plus appropriée à mettre en place.


L’addiction aux outils numériques concerne de plus en plus de personnes et l’âge moyen ne fait que baisser d’années en années. Il y a une forme de banalisation car il n’est pas nécessaire de se cacher contrairement aux addictions produit. Cependant, il existe des solutions pour s’en sortir, de plus en plus de professionnels de santé sont sensibilisés sur la question et la science a fait de nombreux progrès sur cette thématique.


Le cabinet reste ouvert pendant toute la crise sanitaire aux horaires classiques.


Gauthier Fara

Maître-Praticien en hypnose ericksonienne

Praticien en psychanalyse

Certifié en « conduites addictives »